LE SOLEIL & LES YEUX

SONY DSC« Toute l’énergie que nous recevons pour notre corps provient du soleil ».

Albert Szent-Gyorgyi, prix Nobel 1937.

Cette citation ouvre les portes scientifiques de ce que nos anciens avaient pu observer.

Si le soleil défraie la chronique chaque année, c’est invariablement pour aborder les dangers des rayons ultraviolets.

Pourtant, le rayonnement solaire capté par les yeux est indispensable à notre santé…

Le Soleil, Source de vie

Le soleil rend possible la vie sur terre. Il transmet par rayonnement son énergie lumineuse et son énergie thermique permettant l’état liquide de l’eau. Les rayons ultra-violets ont un rôle sanitaire. Ils épurent les couches supérieures des eaux en détruisant une partie des microbes. En synergie avec la chaleur, son effet désinfectant est même renforcé.

Sa lumière

La lumière est un ensemble de radiations électromagnétiques visibles par l’œil humain, c’est-à-dire avec des longueurs d’ondes comprises entre 380 et 780 nm. Le Lux est l’unité de mesure de l’éclairement lumineux.
La lumière naturelle émet dans toutes les longueurs d’onde du spectre visible. Sa richesse provient des variations d’intensité, de direction et de teintes au fil des heures et des saisons. La lumière du jour est universelle et constitue notre lumière de référence. Elle donne aux êtres vivants des repères temporels et spatiaux. C’est grâce à elle que nous attribuons la couleur aux objets.
Aucune source de lumière artificielle, pour la grande majorité électrique, ne possède la richesse de la lumière naturelle.

Soleil direct : 120 000 lux
Ciel nuageux à midi :
10 000 – 25 000 lux
Eclairage luminothérapie :
2500 à 10 000 lux
Aube ou crépuscule par temps clair :
400 lux
Ciel très nuageux :
<200 lux
Eclairage électrique standard :
50 à 100 lux
Pleine lune par temps clair :
0,25 lux

Son rayonnementSchéma des rayonnements solaires

Le rayonnement solaire est l’ensemble des ondes électromagnétiques émises par le Soleil. Composé d’infra-rouges 49%, de lumière visible 50% et d’ultraviolets (1%), il contient en plus des rayons cosmiques de particules animées d’une vitesse et d’une énergie extrêmement élevées provenant pour les plus énergétiques de l’espace interstellaire et intergalactique.
Une grande partie du rayonnement est d’abord absorbée par l’atmosphère puis parvient à la surface de la terre pour se convertir en chaleur ou être utilisée par les êtres vivants.

Ses rayons Ultra-violets :

Ils représentent 1% du rayonnement solaire. Ils ont le pouvoir de « casser » des molécules organiques. Ce phénomène de photo-dégradation est facilement observable en présence des molécules aromatiques florales.

Les Ultra-violets sont typés :

UV-A

(onde plutôt longue) Ils sont peu nocifs pour la couche supérieure de l’épiderme et participent au bronzage. Leur rayonnement atteint plutôt les couches profondes de la peau. Ils occasionnent le vieillissement cutané en perturbant la synthèse des protéines (dégradation du collagène et de l’élastine), produisent des radicaux libres et donc peuvent affecter l’ADN de la cellule. Pour l’œil d’un adulte, les UV-A sont stoppés par le cristallin contrairement à celui d’un enfant. Ils sont un des facteurs favorisant la formation de cataracte.

 UV-B

(onde moyenne) Bien connus en acteur principal du bronzage, ils contribuent à la synthèse de vitamine D, traitent le psoriasis et le rachitisme. Les courtes expositions sont bénéfiques (10 à 15 minutes par jour de tout le corps) Leurs rayonnements pénètrent peu dans les couches profondes de la peau mais produisent de nombreux radicaux libres. Pour l’œil, les UV-B ne sont stoppés qu’à 80% par le cristallin d’un adulte et risque, à terme, d’endommager la cornée (surface).

UV-C

(onde plus courte) Très énergétiques et nocifs, ils se rapprochent des rayons X. Mais, en principe, filtrés par l’ozone de l’atmosphère, ils n’atteignent pas la surface de la terre. La réduction de l’épaisseur de la couche d’ozone réduit le pouvoir de filtration de l’atmosphère et donc majore les risques dus aux rayonnement des UV

L’INDICE universel de rayonnement solaire UV

Sur une échelle de 0 à 16 le risque de coup de soleil est évalué selon l’intensité du rayonnement. En France métropolitaine l’indice est est estimé  8 à 9 en plaine, de 10 en montagne à 2000 mètres. Il atteint 12 aux tropiques et 15 à l’équateur.

♦ Rayonnement extrême Indice 9 à 11: Coup de soleil très rapide

♦ Rayonnement Fort Indice        7 à 9 : Coup de soleil  rapide

♦ Rayonnement Moyen Indice    4 à 7 : Coup de soleil modéré

♦ Rayonnement Faible Indice     0 à 4 : Coup de soleil rare

Pour consulter l’indice d’une destination : http://www.meteovista.fr/Europe/Indice-UV-France/168 http://www-med-physik.vu-wien.ac.at/uv/uv_online.htm .

Mises en garde

Le soleil est bénéfique et nécessaire mais tout abus est sanctionné :

– Les « coups de soleil » ou kératites ultraviolettes ou ophtalmies des neiges sont des effets aigus d’une forte exposition aux UV qui peuvent atteindre la paupière, la surface de l’œil (la conjonctive ou la cornée) mais aussi les parties profondes comme le cristallin ou la rétine.

– Les rayons Ultra Violets sont invisibles à l’œil nu. Contrairement aux infra-rouges, ils ne procurent aucune chaleur et sont peu filtrés par les nuages. En montagne, le taux d’UV augmente de 5% tous les 1000m.

– Les UV réfléchissent sur la neige (à 85%), l’eau (20%), le sable (10 à 15%), l’herbe (5 à 10%), …

– Des précautions particulières sont à prendre pour les personnes en permanence à l’extérieur, s’exposant longtemps au soleil, vivant en altitude ou traitées avec des médicaments photosynthétiseurs (psoralène, tétracycline, doxycycline, allopurinol,  phothiazine)

L’ŒIL, fenêtre de notre cerveau

L’œil est l’organe du « sens » de la vision qui permet de capter la lumière.oeil

→ La cornée et le cristallin fonctionnent comme deux lentilles qui permettent la concentration des rayons lumineux vers le fonds de l’œil.
→ La couronne ciliaire dont l’iris régule la quantité de lumière qui entre par la pupille grâce à des cils extrêmement fins.
→ La rétine réceptionne les ondes lumineuses, les transforme en impulsions électriques et les transmet au nerf optique.
→ Le nerf optique conduit ces impulsions au cortex visuel à l’arrière du cerveau.

Les photorécepteurs

Les photo-récepteurs sont les cellules de la rétine qui convertissent l’énergie lumineuse en activité nerveuse :

A- Les cônes : 5 millions de cellules sensibles aux couleurs (ci-contre en orange)Cones et batonnets

B- Les Bâtonnets : 120 millions de cellules (ci-contre en jaune) distinguent les nuances de gris, très actives en cas de faible éclairage car 1000 fois plus sensibles à la lumière que les Cônes

C- La mélatopsine : Découverte seulement depuis une dizaine d’années, ce récepteur transmet l’information lumineuse vers des zones du cerveau traitant des « tâches » cognitives non visuelles. Par son intermédiaire, la lumière synchronise notre horloge biologique, stimule notre éveil et permet à notre cerveau d’être plus efficace intellectuellement.

La Rencontre Du Soleil et des YEUX :

La lumière solaire nous nourrit d’énergie et d’informations

A la fois ondes et particules (matière), la lumière solaire représente énergie et information. Les ondes électromagnétiques formées de photons oscillent à la vitesse de 300000m/sec.

Les ondes sont traduites en couleurs par notre sens visuel. L’énergie et les informations transportées par les ondes sont perçues par les cellules de notre corps. Ainsi le spectre de la lumière atteint nos glandes qui régissent le fonctionnement de notre organisme.

Non seulement la lumière solaire est majeure dans les mécanismes de la vision mais elle a également un rôle « non visuel ».

La lumière solaire permet de nous synchroniser

Notre cycle biologique interne

Inlassablement, notre organisme répètent des séries de réactions biologiques vitales. Un cycle complet peut osciller entre 20 heures et 28 heures. Le pilotage de ces tâches est assuré par l’« hypothalamus » zone de notre cerveau où se situe une « horloge biologique » interne.hypothalamus

Notre « horloge biologique » 

Un rythme de plus ou moins 24h est un « rythme circadien ». Chaque jour, notre horloge interne se synchronise pour rester en harmonie avec la rotation terrestre. Notre organisme s’organise pour adopter le rythme circadien en utilisant des repères temporels.

Les facteurs de synchronisation

     Facteurs Environnementaux  ou Synchroniseurs

Deux facteurs environnementaux contribuent à synchroniser l’horloge biologique sur le rythme de 24h :

→ Alternance Jour-nuit : La lumière de haute intensité (supérieure à 2 500 lux)
→ Rythmes sociaux : Horaires repas , Heures fixes du lever,…
Privés de lumière solaire, nous sommes incapables d’évaluer le temps qui s’écoule.

     Facteurs endogènes

→ Gènes-horloges (voir processus de synchronisation)
→ Oscillateurs : structures physiologiques sensibles aux variations des synchroniseurs environnementaux (Noyaux supra-chiasmatiques*)

Synchroniseurs et oscillateurs ponctuent notre horloge interne qui impacte les rythmes physiologiques. L’horloge biologique, à ne pas confondre avec les rythmes biologique, est l’élément qui permet à notre organisme de constamment s’adapter aux rythmes de l’environnement.

Le processus de synchronisation

Le mécanisme fonctionne avec des protéines dont les gènes sont transcrits par phases : la concentration de ces protéines augmente jusqu’à un certain point puis décroît à nouveau et ainsi de suite. Leur concentration régule les fonctions corporelles et détermine le rythme journalier. Le pic de mélatonine*, vers 3h du matin, permettrait la remise des compteurs à zéro.

Synchroniseurs (éclairement)  Yeux (photorécepteurs) Nerf optique  Noyaux supra-chiasmatiques* Hypothalamus (synchronisation)  Glande pinéale  Sécrétions hormonales.

La fonction de notre horloge

Notre horloge interne va notamment régler notre période d’éveil et de sommeil.  D’autres phénomènes circadiens dépendent des gènes protéiques de l’horloge tels que la production d’hormones (hormone de croissance, cortisol, mélatonine, testostérone …), notre température interne, le rythme cardiaque ou respiratoire. Ajoutons l’appétit, la croissance des cellules dermiques ou des cheveux qui poussent notamment la nuit .

Le dérèglement de l’horloge peut entraîner des problèmes de sommeil ou encore de digestion. En outre, un délais est nécessaire pour qu’intervienne le gène-période, localisé sur le chromosome 17, qui intervient dans l’adaptation à un nouveau rythme comme le décalage horaire.

La lumière potentialise le travail du cerveau

Ainsi, les photo-récepteurs conduisent l’information lumineuse vers ces centres du cerveau non visuels. La lumière devient un marqueur essentiel permettant à notre cerveau reptilien* de gérer les fonctions vitales. Mais la lumière a également un impact dans l’exécution de tâches cognitives. C’est un stimulant puissant pour l’éveil et les tâches intellectuelles. Grâce à la lumière, nos performances cérébrales sont optimisées. Des chercheurs ont d’ailleurs pu établir un rapport entre la réception de lumière orange ou bleue et leurs implications sur le cerveau.

les impacts santé

Le passage des rayons lumineux au travers de nos yeux se traduit par :

Un Rythme harmonisé:

Techniquement, les rayons lumineux permettent une synchronisation de nos fonctions vitales.

Des Sécrétions glandulaires :

La lumière solaire influence la sécrétion des hormones en général.

Le Sommeil :

La pénétration des rayons lumineux bloque la production de mélatonine qui, par effet rebond, sera à son taux maximal le soir.

De l’enthousiasme :

Le soleil rend les êtres plus énergiques et plus expansifs.

Un meilleur rendement intellectuel :

Le rayonnement lumineux augmente la capacité de concentration et de mémorisation.

Une auto-protection naturelle :

L’œil se protège d’une lumière intense en diminuant l’ouverture de la pupille. De plus, la perception des rayons lumineux par les yeux stimule la production de mélanine* qui engendre une pigmentation protectrice de l’épiderme.

La portée des rayons solaires dépasse celle de la perception visuelle : Ils favorisent l’augmentation de la masse musculaire au détriment de la masse graisseuse. Les UV stimulent notre système immunitaire et réduisent la pression sanguine…

Ça existe !! Le Sungazing, une pratique ancestrale inspirée de l’Egypte ancienne, Inde et Amérique Latine. Elle consiste à observer le soleil dans l’heure où le soleil se lève et celle qui précède le coucher pour ne pas abîmer la vue. Les yeux reçoivent le spectre entier de la lumière du soleil, le transmettent au cerveau qui redistribue les différentes couleurs aux organes pour les régénérer. Un probable système photovoltaïque se met en place à partir de la rétine et de la glande pinéale. Hira Ratan Manek ravive cette pratique et conduit des conférences à travers le monde pour expliquer comment l’absorption des fréquences vibratoires du soleil développe le potentiel énergétique et régénération du corps.

Les conseils de votre naturopathe

Le soleil est une source d’énergie à puiser avec bon sens par : chapeau de paille

Des bains de lumière solaire :

La lumière naturelle est nécessaire tout au long de l’année, tout au long de notre vie.

En été, aux rayons doux du matin (stimulants) et du soir (calmants).

En hiver, aux rayons de midi.

Sous nos latitudes, la pluviométrie et la température nous incitent peu à sortir. Il est pourtant indispensable d’inciter à l’exposition des rayons lumineux.

Chouchouter vos yeux avec :

Une protection adaptée :

Porter en permanence des lunettes privent le cerveau et nos organes de l’information lumineuse. Porter de mauvaises lunettes est plus dangereux que pas de lunettes du tout. Non seulement, elles n’apportent aucune protection mais en plus elles faussent l’information sensitive et neutralisent la protection naturelle. Et les lunettes étroites laissent passer les rayons par le pourtour.

→ En première intention, protéger vos yeux avec un chapeau à larges bords…
→ En revanche, les lunettes restent indispensables en cas de réverbération, en mer, à la montagne, …
Choisir une forme galbée et enveloppante mentionnant la norme européenne (sigle CE) qui garantit des verres limitant le passage à 5% des UV-B.

Une bonne oxygénation :

La rétine est un tissu très consommateur d’oxygène par son activité métabolique intense (et très exposé au stress oxydatif par les rayons lumineux).

→ Bien aérer les espaces, pratiquer de l’activité en extérieur nourrit en oxygène vos yeux, votre cerveau, …

Une assiette très colorée :

→ Manger du jaune, du orange, du rouge, du vert !!! Tous ces pigments contenus dans les fruits et légumes.
La vitamine A permet à la rétine de fonctionner. Elle prévient certains troubles comme la dégénérescence maculaire ou la cataracte. On la trouve dans les fruits et légumes mais aussi le jaune d’œuf, le poisson, le beurre cru et la viande.
La vitamine C protège le cristallin et la cornée de l’oxydation. La vitamine E et le zinc sont également de bons atouts pour la fonction visuelle.
La lutéine et la zéaxanthine sont des caroténoïdes contenus dans les végétaux. Elles sont indispensables pour la partie centrale de la rétine (la macula*) qui permet la vision des détails (lecture, ..) Ces deux substance préviennent les effets des rayons lumineux et des attaques radicalaires.
On peut ajouter la myrtille qui favorise la synthèse de rhodopsine pour un bon fonctionnement des bâtonnets (vision nocturne) et contient des antocyanides (AO)

Une sélection de bonnes graisses :

Les Ω 3 nourrissent la rétine et hydratent l’œil.

Une bonne hydratation :

Les tissus oculaires sont riches en eau à renouveler en buvant une eau de qualité.

Du YOGA des Yeux :

Cette pratique permet de :

– relaxer l’oeil par la technique du « PALMING » après de fortes sollicitations (travail sur écrans, lectures, …)

– réaliser des exercices qui améliorent l’irrigation et les capacités visuelles.

L’abandon de mauvaises pratiques 

L’alcool, le tabac, l’abus de sucre, les émanations toxiques (solvants, acides, …) nuisent à vos yeux.

Des lotions adoucissantes 

Eau florale de bleuet : Pour l’hygiène quotidienne de vos yeux,
Infusion de camomille tiédie : en soin de bien-être apaisant (disques de coton imbibés, temps de pose 10mn)

Après cette lecture sur écran, vous en avez plein les yeux !!!

Un exercice de palming et une pause oxygène vous permettrons de mettre directement en pratique !!!

Glossaire
  • Cataracte : opacification du cristallin. 20% sont liées à l’exposition solaire d’après l’OMS
  • Glande pinéale : fabrique la mélatonine au moment de la baisse de luminosité
  • Noyaux supra-chiasmatiques : composés de 20000 neurones, structure située dans l’hypothalamus impliqués dans la synchronisation. Ils reçoivent des informations lumineuses provenant de la rétine notamment de la mélanopsine et les renvoient vers d’autres parties de l’hypothalamus et vers la glande pinéale
  • Mélatonine : hormone du sommeil
  • Mélanine : substance produite en présence de rayons lumineux qui absorbe les UV et les restitue en chaleur. Ce pigment colore la peau, l’iris, les cheveux, les poils, … Il se concentre autour du noyau cellulaire et offre ainsi une protection contre la dégradation de l’ADN.
  • Macula : zone centrale de la rétine caractérisée par une forte concentration de cônes
  • Cerveau reptilien : cerveau primaire ou primitif qui assure comportement et réflexe de survie
Bibliographie
  1. Passeportsante.net
  2. Studyrama.com
  3. topsante.com
  4. inserm.fr
  5. psychologie.com
  6. sungazing_vivre_sans_manger.club.fr
  7. wikipedia
  8. tpemesuredutemps.unblog.fr
  9. sante.lefigaro.fr
  10. gif-lumiere.com/lumiere/definitions.php
  11. aqt.phido.ca
  12. lecerveau.mcgill.ca
  13. tpe.uvmelanome.free.fr/rayonnement
  14. ponroy.com/conseils-sante/sante-anti-age/vision/zoom-sur-le-fonctionnement-de-l-oeil
  15. e-sante.fr/quels-aliments-pour-bons-yeux/actualite/755
  16. bainsderivatifs.fr/portfolio-item/soleil/#toggle-id-4

Laisser un commentaire

Array